F - Abitur - Arbeit Nr. 7 - GreenButterSolutions

Direkt zum Seiteninhalt

Hauptmenü:

F - Abitur - Arbeit Nr. 7

FRANZÖSISCH > ARBEITEN > Abitur
à l'école
 

à l'école

 


Thema:      L'école
Text:         Gérard Petitjean, Le professeur isolé dans un monde nouveau.
aus:           Le Figaro, 1er avril 1971, p. 9


L'enseignant tache de trouver sa voie, depuis 1918, dans un monde nouveau.
Un monde où il se retrouve seul, face à sa classe, sans ces multiples petits
moyens de pression que constituaient, jadis, les retenues, les devoirs
supplémentaires, sans le soutien qu'apportait, il y a peu de temps encore, le
05 respect du professeur. Un respect que nul ne discutait dans l'absolu,
même s'il souffrait de quelques égratignures dans le détail.
«Désormais, explique un proviseur, le professeur n'a plus pour lui que sa
compétence, sa technique, son autorité personnelle. Il est le seul pilote de sa
classe et ne peut plus s'appuyer sur l'administration que dans les cas graves.
10 La médiocrité ne passe plus. Si un enseignant ne fait pas le poids, il ne
peut plus donner le change. En revanche, un professeur qui intéresse ses
élèves peut tout leur demander, car il leur apporte beaucoup. Le lycéen est
finalement un excellent juge.»
La médiocrité existe, dans les lycées comme partout. Elle peut être le fait
15 d'auxiliaires lancés dans l'enseignement sans autre formation que leurs
souvenirs de potaches. Elle peut venir aussi, paradoxalement, de ces «vieux
professeurs en fin de carrière qui ont oublié leur propre jeunesse et qui n'ont
plus que des relations de travail, alors que les élèves de leurs classes
veulent des relations personnelles.»
20 Être enseignant n'est plus une sinécure. Ceux qui ont la responsabilité
des lycées le reconnaissent volontiers: «Le professeur doit savoir diriger
des hommes et non plus des enfants, avoir du courage, être dur, exigeant et
autoritaire, car les élèves ont besoin de cette autorité. Le meilleur compliment
qu'un lycéen puisse faire à un enseignant, c'est dire: avec lui, on travaillé.»
25 Bref, un être d'élite.             
Aujourd'hui, il ne suffit plus d'être le «prof» pour s'imposer. Les enseignants
eux–mêmes en témoignent: «Le métier devient de plus en plus dur, les
élèves de plus en plus exigeants. Il faut être présent à 100%  pour «tenir» sa
classe. Le chahut d'autrefois n'existe plus. On passe aujourd'hui directement
30 à la mise à mort. Le corps enseignant, dans son ensemble,
perpétuellement sous tension, est usé.»
On ne peut que constater le phénomène. Ainsi, ce syndicaliste, membre de la
fraction «gauchiste» du S.N.E.S., qui enseigne la philosophie dans un lycée
technique: «Les lycées, ça ne marche plus.
40 Personne ne maîtrise la situation. L'enseignant a été «désacralisé», non
seulement par les lycéens, mais par la société elle–même qui ne le respecte
plus. Celle–ci voudrait que le rapport maître–élève reste le même, alors que le
père, la famille n'existent plus. Les lycéens, dans leur ensemble, ont perdu
45 leurs modèles, même si la plupart n'en sont pas conscients. Depuis
l'affaire Guiot, par exemple, on constate plus de retards, des graffiti plus
nombreux, des classes plus sales, des phénomènes de petite indiscipline.
Des professeurs qui n'auraient jamais eu d'ennuis avant 1968 en ont
aujourd'hui. J'ai l'impression qu'ils sont plus souvent malades.
50 Beaucoup traduisent ainsi une difficulté à vivre dans cette situation. Huit
jours de congé de maladie, cela permet de se reposer.»
Pour ce professeur aussi, le métier est devenu «usant», même s'il pense
avoir atteint une plus grande vérité dans ses rapports avec ses élèves. «Plus
rien n'est censé se passer aujourd'hui sans problèmes. Les lycéens ne
55 pratiquent plus les règles du jeu et lorsqu'ils nous demandent – question
de plus en plus fréquente – "En quoi ce qu'on nous enseigne nous servira–t
–il à vivre?", bien souvent nous ne pouvons pas répondre.»

Annotations:

1. proviseur: directeur d'un lycée
2. auxiliaire m. ici: professeur auxiliaire
3. potache m.: (pop.) élève
4. S.N.E.S: Syndicat national des enseignements du second degré

570 mots env.


COMPRÉHENSION du TEXTE

1. Résumez brièvement la construction du texte, le sujet et le résultat de l'auteur.

2. Expliquez le titre: Pour quelles raisons le «monde» après 1968 estnouveau pour le professeur? Pour quelle raison y est–il isolé?

COMMENTAIRE de TEXTE

3. Pourquoi les prises de position des trois représentants (proviseur, professeur, professeur «engagée») sont–elles typiques?

4. Pouvez–vous accepter la définition d'un «bon» professeur?

5. «... le père, la famille n'existent plus.» (l. 39) Comment interprétezcette affirmation?

COMMENTAIRE PERSONNEL

6. Est–ce que vous trouvez la situation telle que ce texte la décrit semblable en Allemagne?

7. Est–ce que vous croyez aussi que ce qu'on vous enseigne ne vous servira pas à vivre? Donnez des exemples.

 
Besucherzaehler
Letzte Aktualisierung: 06. 11. 2018 12.24h
Zurück zum Seiteninhalt | Zurück zum Hauptmenü