F - Abitur - Arbeit Nr. 2 - GreenButterSolutions

Direkt zum Seiteninhalt

Hauptmenü:

F - Abitur - Arbeit Nr. 2

FRANZÖSISCH > ARBEITEN > Abitur
la guillotine
 

la guillotine

 


Thema:     La peine de mort
Text:        «Celui qui sait tuer doit savoir mourir»
aus:          Marcel Normand, La peine de mort, Que sais-je?, vol. 1834, pp. 99 - 101



Celui qui sait tuer doit savoir mourir

Celui qui sait tuer doit savoir mourir. Que, dans l'application pratique, l'on fasse preuve d'une exceptionnelle
mansuétude, c'est non seulement concevable mais recommandable. Mais briser dans un cadre où il s'impose
d'une façon aussi certaine le principe de l'équivalence des peines, décider  définitivement, irrévocablement,
05 légalement que, quelle que soit l'horreur d'un crime, il ne devra jamais entraîner d'autres morts que celles
des victimes, la vie de l'assassin étant, elle, sacrée, heurte si brutalement notre sentiment de la justice que
l'application de cette règle à une opinion publique qui ne peut ni la concevoir ni l'admettre constitue une
erreur dont il est difficile de prévoir l'ensemble des conséquences.
Il ne s'agit nullement en l'espèce, comme on se complaît à l'écrire, de haine, de vengeance, de sentiments
10 sauvages et primitifs, mais tout au contraire de la seule réaction saine et juste que l'on puisse éprouver
devant certains forfaits. Ce sont ceux qui ressentent profondément la nécessité d'une peine  équivalente
au crime commis qui sont véritablement respectueux de la vie humaine, que sa valeur soit absolue ou relative,
mais, en l'espèce, la vie des victimes, non pas celle des assassins.
Freddy Horion a été condamné à huit ans de réclusion pour un hold-up commis à Gand en 1972. Il fait la
15 connaissance en prison de Roland Feneuille. Détenu modèle mais, hélas, non rédempté par la prison, Horion
est libéré en 1977. Feneuille également.
Le 9 février 1979, Horion assassine Mme Helena Lieutatchevsky. Personne ne le soupçonne à l'époque de
ce crime. Dans la nuit du dimanche 24 au 25 lundi 25 juin 1979, Horion et Feneuille s'introduisent dans la
villa d'un garagiste de Mont-Saint-Amand près Gand en Belgique et voici le récit de leurs aveux, tels que
20 relatés par la presse:
«On a choisi la villa du garagiste parce que j'y étais déjà venu et que les gens me paraissaient riches.
J'ai tué les deux hommes (M. Roland Steyaert et son futur gendre, Marc de Croock, 20 ans) dans le garage,
après les avoir obligés à mettre une voiture en marche afin d'étouffer le bruit des détonations. On est entré
dans la villa. J'ai tiré deux balles dans la tête de la plus grande des filles (Annemie, 22 ans) et on a emmené la
25 mère (Leona Steyaert, 47 ans) et sa petite fille (Hilde, 13 ans) dans la cave pour qu'elles nous montrent où
étaient cachés les bijoux. Quand on a eu ceux-ci, j'ai demandé aux femmes de se retourner.
J'ai d'abord tiré la plus vieille, puis la petite. Elle avait peur et pleurait en essayant de se protéger la nuque avec
ses deux mains. ...»
Il appartiendra aux magistrats et aux jurés belges de décider du sort de Horion et de Feneuille.
30 L'expérience prouve que les vertus de la prison et de la rédemption ont été sur eux peu efficaces.
Conviendra-t-il néanmoins de les y incarcérer à nouveau et, plus tard, détenus modèles, de les libérer?
Horion a 32 ans, Feneuille 25 ans. Ils peuvent encore former des projets d'avenir. Espérons qu'au moment de
les libérer à nouveau on leur expliquera qu'il faut s'abstenir de tuer les petites filles; cela fait mauvaise impression
sur le public.
35 Des faits comparables, il suffit de lire la presse quotidienne pour constater qu'il s'en produit, hélas, trop
fréquemment.
Le crime de Horion et Feneuille, intervenu en Belgique, pays abolitionniste de fait depuis plus d'un siècle, démontre
que cette mesure n'humanise en aucune façon les criminels.
La peine de mort est-elle susceptible d'empêcher de tels crimes? Pas plus que sa suppression.
Mais, du moins, elle permet de leur appliquer une peine proportionnée aux fait et de mettre un terme irrévocable
à tout risque de récidive.
Quand donc l'on confronte le principe de la peine de mort aux notions de valeur de la vie humaine et d'équivalence
60 des peines, bien loin de soutenir l'abolition, celles-ci s'y opposent.
Plus la vie a de valeur et moins est acceptable le fait de l'avoir arraché à autrui. ...

650 mots env.


COMPRÉHENSION du TEXTE

1. Dégagez la marche de la pensée du texte jusqu'à la ligne 20.

2. Relatez en vos propres mots ce qui se passe dans la nuit du dimanche 24 au lundi 25 juin 1979.

3. Donnez une courte 'biographie' de Horion.

4. Que dit l'auteur en ce qui concerne la peine de mort (ll. 37 - fin)?

ANALYSE et DISCUSSION

5. Analysez la composition du texte. Donnez des titres à chaque partie que vous avez trouvée.

6. Quels sont les arguments philosophiques, religieux, moraux, etc. qui plaident - pour vous - en faveur de l'abolition de la peine capitale? Discutez.

7. Croyez-vous à la force de dissuasion de la peine de mort?

8. Est-ce que la prison devrait être avant tout un moyen de punir ou de permettre la réinsertion possible du criminel dans la société?

9. En parlant de son roman «L'Étranger», Albert Camus dit:

«Le héros du livre est condamné parce qu'il ne joue pas le jeu.»

9.1. Comment se comporte Meursault vis-à-vis de la mort?

9.2. Pourquoi Meursault ne joue-t-il pas le jeu?

9.3. Comment se comportent ceux qui jouent le jeu?

 
Besucherzaehler
Letzte Aktualisierung: 06. 11. 2018 12.24h
Zurück zum Seiteninhalt | Zurück zum Hauptmenü